Archives par mot-clé : Amitié

De la drague virtuelle à la vraie drague

S’il y a un phénomène que je déplore sur les réseaux sociaux, c’est bien la drague 2.0. Tout le monde se cache derrière son écran et son clavier et pense être le meilleur dragueur.

Je m’adresse particulièrement aux messieurs, je sais que les femmes aussi s’y sont mises, mais tant que je ne suis pas L(GBT), cela ne me concerne guère.

Oui, vous messieurs, qui avez perdu la notion de respect, et « avez chuté  au milieu du marché »[1], vous qui passez toutes vos journées devant vos écrans à scruter le moindre changement de photos de profil (ah ! on ne peut plus se faire un peu plaisir et être adepte du narcissisme…), à voir qui sont les amies de vos amis, vous qui vous cachez derrière des pseudos fantoches et débiles.Même lorsque le statut marital est « marié », cela ne vous décourage guère !!!

Je déplore votre approche gauche qui consiste à demander tout de go, le lieu de résidence et le numéro de téléphone ! Tchoo, réseau social ne signifie pas vitesse de l’éclair !!

N’oubliez pas les bonnes manières au risque de vous transformer en don juan des lavabos. Et n’accompagnez plus vos phrases des mièvreries habituelles de bas étages.

Tchiee, on n’a plus le droit de se connecter pour lire de vrais articles, qu’on a mille et une invitations d’amis sur son compte facebook, de gars vicieux serial harceleurs en puissance, des gars capables  de piquer même votre numéro de téléphone dans le répertoire de vos vrais amis, pour vous emmerder écrire à longueur de journée et à des heures impossibles sur Whatsapp (si j’ai le wifi chez moi et que je ne veux pas éteindre ma connexion, où est votre problème dans ça ???)

Mais n’empêche qu’au détour de ces amitiés forcées virtuelles, on croise des personnes formidables qui nous apportent un tel bonheur qu’on se dit que l’on ne pourrait plus se passer d’eux.

Pour l’année qui vient je souhaite aux dragueurs 2.0 ceci : (parce qu’ils sont trop timides ou trop paresseux) sortez de votre zone de confort, sortez de chez vous, éprouvez votre degré de sex-appeal, osez dévisager et croisez le regard d’une jolie dame dans la ville, rencontrez de vraies personnes au détour d’une rue, dans une conférence ou cours de votre séance hebdomadaire de footing (le sport ça paye parfois…lol !!!). Il y a toujours la magie du premier regard, les frissons des premières chairs de poule, les battements cardiaques incontrôlés. Oulala !! Ce sont tous ces élancements que l’on ne saurait vivre derrière un écran, saupoudrés d’un zeste de folie, que je vous souhaite.

A tous, mes bons souhaits pour une superbe et fructueuse année 2017 !! A l’année prochaine !!

Signée : une victime des dragueurs 2.0

PS : Les mecs, je ne vous en veux pas hein ! Je vous aime !!

[1] Chuter au milieu du marché : perdre toute vergogne, être une personne sans honte (expression d’origine ewé, dze anyi l’asidome peuple du sud du Togo)

Soirée de retrouvailles

Des amis, l’on s’en fait toute la vie durant mais beaucoup le pensent et vous le diront, une belle amitié qui tient le coup est sûrement celle qui s’est faite au moment des études.

 L’amitié : c’est le motif de cette belle rencontre qui a lieu par cette chaude soirée  d’octobre.

Nous nous sommes connus pour la plupart, certains à l’école primaire, d’autres au collège, mais tous dans la même institution scolaire : le Grand Collège du Plateau à Tokoin Cassablanca, Lomé.friends-1013883__180

Nous nous sommes perdus de vue, certains depuis 15 ans, d’autres 20 ans, voire 25 ans. Mais comme le disait Montaigne, « L’amitié se nourrit de communication « . Pour donc le paraphraser, disons que notre amitié à nous s’est nourri des nouvelles technologies de l’information. Ainsi, grâce à Facebook et à Whatsapp (merci Zuckerberg), nous avons gardé contact au quotidien par le partage de fichiers (petites pensées, réflexions, vidéos, audios, documents) ; puis nous avons pensé à nous retrouver.

D’abord timidement, puis peu à peu, les liens  d’antan se sont renoués et des projets ont commencé à poindre. Le contact physique est dès lors devenu plus que nécessaire.

En début de semaine, la belle idée est née d’initier une soirée, grâce surtout au retour de certains venus de l’extérieur du pays. Et de fil en aiguille, le jour a été fixé, l’heure a été choisie. Chacun peut apporter quelque chose à grignoter et à boire, pour le partage et pour passer un moment convivial.

A l’heure dite et au jour convenu : vendredi 19 h, nous nous sommes retrouvés. Chacun a fait l’effort de mettre à côté les obligations tant professionnelles que familiales, au moins le temps d’une soirée. Une dizaine, c’est le nombre que nous avons atteint.

Alors elle a commencé, la fameuse soirée : étalages de souvenirs, d’anecdotes connues qui ont refait surface et d’autres inédites se sont fait connaître…stock-photo-group-of-people-sitting-at-festive-table-and-eating-427193854

Nous avons bu, nous avons mangé, nous avons ri, nous avons échangé, nous avons débattu sur les sujets brûlants de l’actualité. Et oui  » Que la douceur de l’amitié soit faite de rires et de plaisirs partagés », dixit Khalil Gibran. Chacun s’est exprimé librement et nous avons encore gagné beaucoup de choses. Ce qui nous a énormément enrichi.

Nous n’avions certes pas perdu de vue,  le leitmotiv de cette soirée : la mise en marche de nos projets pour redorer le blason de notre chère école et pour apporter un coup de pouce au corps administratif.

Car au-delà, de tout, c’est cette école qui a fait de nous ce que nous sommes devenus, c’est elle qui nous a donné les bases de notre éducation. Et tous tant que nous sommes, sommes fiers d’avoir fait partie de cette communauté. D’ailleurs nous en faisons toujours partie, intrinsèquement nous ne pouvons nous en dissocier.

C’est avec beaucoup d’espoir pour la réalisation de nos projets que nous nous sommes quittés, les yeux pleins d’étoiles, heureux de cette rencontre, heureux que notre union devienne une force qui fera bouger des lignes et plus. Les contacts seront maintenus, si Dieu nous prête vie, nous espérons que ces rencontres auront une fréquence plus régulière.

Et pour terminer et faire comme les politiques, nous dirons : Vive l’amitié ! Vive les retrouvailles ! Puisse nos projets prendre vie !

Post scriptum : Savourons cette chanson qui nous rappelle à tous, anciens élèves du Grand Collège du Plateau, le sens de l’amitié et l’espoir des retrouvailles.