Archives par mot-clé : fiction

Ma rencontre avec le diable (II)

La chambre était éclairée par une lumière blafarde. Mes yeux, tout juste remis du supplice du foulard, eurent encore du mal à s’habituer à la pénombre. Je m’avançai avec précaution.

Crédit photo : Pixabay.com
Crédit photo : Pixabay.com
  • Asseyez-vous ! rugit « M. Borsalino »

Il m’indiqua un meuble. A peine me suis-je assise, qu’une lumière drue tomba du plafond sur moi. Je cachai mes yeux avec mes mains. Je les ouvris peu à peu pour m’accommoder à cette illumination.  Mon sens de l’observation prit le dessus.

Mon fauteuil avait un dossier haut et sculpté dans du bois de couleur noir. Je devinai sans peine que ce fut de l’ébène. Les pieds du fauteuil étaient semblables à des pieds de félin et sur les accotoirs étaient posés des feuillets d’or. La sculpture du mobilier était d’une extrême finesse : c’était  le travail d’un artiste.  J’étais sur un trône : la gloire avant la chute…

Toutes ces pensées me permirent de m’évader un moment. Mais mes idées lugubres reprirent vite le dessus. Tout d’un coup, j’entendais des coups répétitifs sur le parquet, semblables à une personne qui marchait avec une canne. Mon imagination fertile me fit penser à Joffrey de Peyrrac (1)  . Ma respiration changea.

« Borsalino » m’avait planté là sans dire un mot. Et je ne savais vraiment à quel saint me vouer. Dans l’antre du diable, c’était bien l’occasion d’invoquer les saints.

Devant moi, se trouvait un rideau en tenture vert. Je le sentais bouger. Je le vis alors s’entrouvrir et laisser place à une forme que je distinguais avec peine.

Une voix très ordinaire avec un accent un peu rauque et caverneuse s’adressa à moi :

  • Soyez la bienvenue, très chère ! je vois que vous êtes déjà bien installée. N’ayez crainte aucun mal ne vous sera fait.

Malgré cette entame qui avait l’air assez honnête, j’étais toujours sur mes gardes.

  • Je n’ai pas peur, monsieur.
  • Si vous le dites, je vous crois.

La personne qui s’adressait à moi était toujours dans la pénombre, éblouie que j’étais par l’ampoule au-dessus de ma tête, je ne voyais pratiquement rien.

Je devinais par le bruit sourd que j’entendais que la personne s’était laissée tomber dans un fauteuil.

  • Ainsi vous êtes décidée à me rencontrer et à découvrir mon secret ? Pourriez-vous avoir le courage de soutenir la vue de mon visage ?

Je retins ma respiration, comme avant de plonger dans l’eau.

  • Monsieur, vous pensiez bien que si je n’en avais pas, je ne serais pas venue.

Mon hôte partit d’un rire.

  • J’avoue bien que je l’apprécie, ce courage. De même que l’honneur que vous me faites en me rendant visite. Approchez !

Je quittai mon siège pour m’avancer vers lui. Soudain une autre ampoule s’alluma au-dessus de nos têtes. Je sursautai et faillis prendre mes jambes à mon cou. Mais mue par une force insoupçonnée, je me retins et me figeai sur place : la personne en face de moi portait un masque en inox. C’était cela qui rendait la voix caverneuse !

  • Pourquoi vous faites-vous appeler ‘Le diable’ ?
  • La nuit est longue mais reprenez-donc votre place pour écouter ma part de l’histoire.

Il reprit son souffle et commença :

Il y a une trentaine d’années, je vivais dans l’un des quartiers défavorisés de cette ville. Un des endroits où l’on ne voudrait vivre pour rien au monde.  Pas d’eau, pas d’électricité, livré à soi-même. A cette époque, âgé d’à peine 17 ans et déjà orphelin, je me suis retrouvé à fréquenter un groupe de jeunes voleurs. De fil en aiguille, de vol en étalage aux petits larcins, je gravis peu à peu les échelons pour devenir chef de gang. Mon influence s’étendait au-delà de mon quartier. La vente de drogue aussi fut intégrée à mon petit royaume.

Nous étions traqués par la police qui nous faisait parfois infiltrer par des espions, qui très souvent étaient découverts. Au cours d’une opération d’échange de marchandises avec un de nos partenaires d’affaire, je fus victime d’un guet-apens. Une explosion habilement planifiée eut raison de quelques uns de mes sbires. Moi j’en échappais mais mon visage fut atteint ainsi que ma gorge, et un de mes membres inférieurs, également touché . Après plusieurs opérations, heureusement, j’eus la vie sauve. Mais je fus complètement transformé et mes cordes vocales ont subi aussi quelques changements.

  • Je vous suis attentivement, mais je ne vois toujours pas l’origine de votre pseudonyme.

Il me répondit :

  • Ce nom de ‘Diable’, je ne l’ai eu que depuis une demi-douzaine d’années, suite aux opérations que j’ai subies. Ma voix est un garde-fou et mon masque me permet de préserver le mystère.

Il actionna un loquet au bas du masque et je pouvais enfin découvrir le vrai visage du diable. J’étouffai un cri. Il méritait bien son nom du diable : la personne en face de moi était d’une beauté sans nom.  N’est-il pas dit que le diable ou l’ange de lumière était d’une beauté extrême ?

Je retrouvai vite mon esprit, pour découvrir avec stupeur, que le diable en fait n’en était pas un. Le Diable était une  femme, le diable était plutôt ‘ La Diablesse’ !!!!

(1) Joffrey de Peyrrac : mari de Angélique, Marquise des Anges, héroïne du film du même nom.

Ma rencontre avec le diable (I)

M’entretenir avec le « diable » : cela faisait des mois que je me préparais à ce rendez-vous. En amont, il y a eu ces multiples coups de téléphone. Ce qui a permis de dénicher les meilleurs contacts qui m’ont ensuite fourni les bons indics.

Ce soir donc, je me suis préparée. Des heures durant, j’ai peaufiné mon plan, pour cet ultime entretien de ma vie. Je ne sais pas encore si je reviendrai en entier de ce périple. Mon indic est venu me chercher. Je me suis habillée sobrement, un pantalon de jean noir, des tennis noirs avec un sweat-shirt à capuche marron. Il faut mettre un peu de couleur, tout de même et ne pas penser que j’allais à des funérailles, peut être les miennes : qui sait ? J’ai attaché mes cheveux en catogan, mis ma casquette fétiche en imprimé militaire et enfourché mes lunettes noires. Mais il faut toujours se préparer au pire. Il m’avait prévenue je ne sortirai pas indemne, de cette rencontre.

Mon indic ne communiquait qu’avec des mots, à double sens,  entrecoupés de  gestes très nets.

  • Madame, je vous prierai de laisser votre téléphone portable. Vous n’en aurez certainement pas besoin. Les morts ne téléphonent pas, lâcha-t-il dans un rictus.

Cette phrase cynique me donna des frissons et un long filet de sueur coula dans mon dos. Je déglutis avec peine.

  • Vous avez encore le temps de changer d’avis.
  • Non, lui répondis-je, j’ai commencé et je dois terminer même si c’est au péril de ma vie.

Nous avions d’abord pris sa voiture, après avoir parcouru quelques kilomètres pour sortir de la ville,  il me confia à un autre de ses comparses qui m’embarqua dans une camionnette sans plaque minéralogique.  Celui-ci prit le relais et nous fit traverser des rues à l’aspect lugubre. Et la pleine lune, ajoutait du mystère à cette soirée. Tous les ingrédients étaient mis en place.

Pleine lune
Pleine lune. Crédit photo : pixabay.com

L’homme avait une tête massive, une barbe mal taillée et des yeux révulsés, signes de jours de fatigue. Une vieille borsalino vissée sur la tête. Quelques mèches de cheveux, poivre et sel s’y échappaient. J’estimais son âge dans la cinquantaine. Il portait une chemise carrelée et un vieux jean maculé de tâches. Sa chemise me fit penser à ces cow-boys texans que je voyais souvent dans les documentaires de la chaîne « National Geographic ». Il avait des mains massives comme des hachoirs prêts à débiter de la viande. Ma chair…. Mon sang ne fit qu’un tour : dans quel guêpier me suis-je encore jetée ? Mais ma soif du sensationnel dominait toute réflexion sensée, comme de l’huile sur de l’eau.  J’étais à la fois animée par la peur et le désir d’assouvir cette curiosité morbide.

Après plus d’une heure de route, nous débarquâmes, dans une usine désaffectée, à peine éclairée. D’après l’odeur d’huile à moteur qui s’en dégageait et les ombres des pneus que ma pupille, peu à peu habituée, au noir commençait à distinguer, j’en conclus que cela devait avoir un lien avec un garage de voitures ou je ne-sais-quoi.

Il arrêta le moteur et se tourna vers moi. Il avait un foulard en soie dans les mains.

  • Tournez-vous, me jeta-t-il à la figure.

Les tout premiers mots qui sortirent de sa bouche depuis mon entrée dans la camionnette. Je m’exécutai sans broncher. Il me banda les yeux.

Maintenant, je ne pouvais compter que sur mon seul sens auditif. Je l’entendis descendre puis venir m’ouvrir la portière. Il  prit ma main. Je pensais bien que c’était le début de  ma descente aux enfers.

La main qui me saisit était calleuse. Avec une forte poigne, il me tira derrière lui comme un ballot mal ficelé. Je risquais de tomber à chaque pas. Mes pieds se prenaient tantôt dans des sacs de plastique, tantôt dans des fils de fer.  Je devinais le bas de mon jeans parsemé  de coupures, je sentais de fines déchirures sur mes jambes. Cette marche dans le labyrinthe de Thésée, dura une période que je n’avais aucun moyen d’estimer.

Nous nous arrêtâmes  soudain, puis mon bandeau me fut arraché des yeux. Je me retrouvais devant une large porte en fer. Mon ‘’compagnon’’ appuya sur un bouton noir situé à gauche de la porte dans une encoignure. Cela enclencha un système qui me fit découvrir un petit panneau latéral qui s’ouvrit pour laisser place à une tablette. Je le vis composer un code.

La porte coulissa dans un grincement de gong. Il me poussa à l’intérieur.