Archives par mot-clé : romance

Rêveries de décembre (Deuxième partie)

Deux personnes sur une plage
CC Pexels

Bel homme approchant la quarantaine, Marc avait des fossettes et ses cheveux crépus, coupés très ras. Il arborait constamment ce sourire un peu narquois, d’avoir presque accompli tous ses rêves, mais d’être resté sur sa faim. Il était toujours à la recherche de la femme qui ferait pétiller sa vie : « The Perfect Sparkling Woman », qu’il disait.

Lily, elle, allait sur ses 35 ans, était une jeune femme épanouie, indépendante, charmante et coquette. De taille moyenne, elle avait des cheveux longs, toujours attachés en catogan et un teint chocolat à faire pâlir d’envie. Elle occupait le poste de réceptionniste dans une banque et habitait avec sa mère, dans une petite villa qu’elle avait louée.

Ils passèrent toutes les soirées de la semaine ensemble. Le vendredi, ils s’octroyèrent une virée en boîte avec des amis de Marc et profitèrent bien de cette soirée. A 2h, ils quittèrent leurs amis et rentrèrent à l’hôtel.

Pour cette première nuit que Lily passa avec Marc, ils se racontèrent leurs années passées l’un sans l’autre.  Des vies en pointillés qui attendent le  point final, signe de complétude.Ce fut comme dans un rêve : leurs deux corps s’accordèrent parfaitement comme un violon et son archet. Au petit matin, Lily quitta l’hôtel pour retrouver sa petite famille. Ce samedi, elle invita Marc à déjeuner à la maison. L’occasion de le présenter à sa mère et à son fils. Une belle journée, ensoleillée, que Lily passa sur un petit nuage.

  • Mais Lily, on dirait bien que tu as enfin trouvé la paix du cœur, constata sa mère.
  • Oui maman, je plane. Cela fait plusieurs années que je n’ai plus expérimenté ce bien-être qui m’envahit. J’espère sincèrement que cela va perdurer et que cette fois-ci ce sera la bonne personne.
  • Croisons les doigts, répondit sa mère.

Après le déjeuner, ils regardèrent la télé et s’échangèrent des regards énamourés à n’en plus finir. Marc ne les quitta que tard dans la soirée. Ils se promirent de passer la journée du dimanche ensemble. Le lendemain, ils improvisèrent un pique-nique à la plage avec Matthieu. A les voir, tous les trois, on croirait vraiment voir une vraie famille, dans tous les cas c’est à cela qu’ils aspiraient : une belle famille recomposée.

Le reste de la semaine se passa sans encombre. Dans la journée, Marc passait le plus clair de son temps à écrire. Mis à part son agence de communication, son violon d’Ingres était l’écriture. Il avait à son actif la publication de deux recueils de nouvelles, un de poésie et un roman.  Il en avait assez de cette vie esseulée où la solitude s’était érigée en maîtresse des lieux. Une compagne avec qui partager ses passions, ses rêves et ses projets, c’est tout ce qui manquait à son quotidien. Il pensait  l’avoir trouvé en Lily. Elle incarnait tout ce qu’il avait toujours voulu chez une femme : douce, attentionnée, curieuse, franche et cette petite touche de spontanéité qui faisait éclater tout le bonheur qu’elle distillait autour d’elle.

Marc se voyait déjà vivre avec Lily dans sa maison. Mais voudrait-elle abandonner son travail et sa mère, seule famille qui lui restait pour le suivre ? C’était une question qui le taraudait et qu’il se ferait l’insigne honneur de lui poser dès que l’occasion se présenterait.

Dring ! Dring ! Dring ! La sonnerie du portail retentissait depuis quinze minutes déjà, sans que personne ne vienne ouvrir. Heureusement que Olivier, l’associé et meilleur ami de Marc, gardait toujours avec lui, le double des clés de la villa, que Marc lui avait donné. Il ouvrit le portail, poussa la porte du séjour qui n’était pas fermée à clé. Il passa par le couloir et rentra dans la chambre de Marc. Il le trouva affalé sur le lit.

  • Mais Marc, que se passe-t-il ? il le secoua vivement. Marc, Marc, réveille-toi !!!

Depuis leur soirée arrosée, du 31 décembre, plus personne n’avait entendu parler de Marc. Il disait qu’il irait passer le nouvel an avec sa famille dans sa ville natale. Personne ne l’avait vu arriver. Depuis deux jours, que tout le monde le cherchait. Olivier a commencé à s’inquiéter, au moment où le frère de Marc l’a appelé pour signaler qu’il ne l’a jamais vu sortir du train ce matin du 1er janvier.

Olivier alla chercher à la cuisine, un grand verre d’eau pour le lui jeter à la figure. Il se réveilla, gourd, les yeux hagards, la bouche pâteuse.

  • Hummm …. Que se passe-t-il ? où est Lily ?
  • Quelle Lily ? Celle dont tu ne cesses de me bassiner les oreilles depuis des années ?
  • Oui, j’ai bien cru l’avoir retrouvée et passée de bons moments avec elle.
  • Mon cher tu as été loin dis donc !!!
  • Du retour de notre soirée, j’ai pris 2 ou 3 cachets et je me suis assoupi.
  • Donc, Marc, tu vas me dire que tu dors depuis 2 jours !!!!

Sur la table de chevet, se trouvait effectivement une boîte de somnifères.  Marc en avait pris avec de la bière, ce qu’il ne fallait surtout pas faire, il a échappé de peu à un coma éthylique. Il se met à réfléchir : tout  ce qu’il venait de vivre n’était en fait qu’un RÊVE ??!!!

Rêveries de décembre (Première partie)

Il l’avait toujours désiré, depuis le jour où leurs regards se sont croisés dans ce café. Toutes ces années, il a couvé ce doux désir, il l’avait mis en veilleuse. Toutes ces années sont passées, il a roulé sa bosse à travers le monde mais n’arrive toujours pas à se poser. Son image le hante toujours.

Au détour de ces vadrouilles sur le net, il croisa un tweet de son amour de toujours jamais oublié.  Il lui envoya une invitation d’amitié sur la fameuse plateforme, communément appelée « la jungle » par sa bande d’amis.

  • Salut Lily, tu te rappelles de moi ?
  • Bien sûr Marc, je ne t’ai pas oublié. Tu m’as même dédicacé ton premier recueil de nouvelles. Comment pourrais-je t’oublier ?
  • De quel côté de la terre te trouves-tu ? 

De fil en aiguille, ils renouèrent contact et chaque soir, c’étaient des échanges interminables sur les réseaux sociaux. Ils avaient l’impression de ne s’être quittés que la veille. Parfois cela durait jusque tard dans la nuit. Ils se racontèrent leur vie depuis qu’ils s’étaient perdus de vue sur un quiproquo : elle, déjà fiancé et  lui père d’une petite fille.

Marc, à la recherche de la bonne épouse, allait d’aventures en aventures. Lily, après deux années de fiançailles n’a jamais pu se marier. Le fameux fiancé se révéla être un adepte de la double vie, avec de petites copines, disséminées dans tous les quartiers de la ville : Don Juan des temps modernes. Elle eut néanmoins un petit garçon.

  • Marc, on se revoit quand ? Toi qui n’as pas du tout une vie stable.
  • Et toi ? Que veux-tu exactement ?
  • Je veux nous donner une chance, après toutes ces années. Peut-être que cela est possible.
  • Je te promets de t’aimer de toutes mes forces, d’être là pour toi et ton fils. Nous allons former une vraie famille, enfin. Voudrais-tu me faire un enfant ?

Lily, fille unique et orphelin de père depuis ces huit ans n’avait jamais connu la chaleur d’une grande famille. Elle éclata d’un rire cristallin au bout du fil, ce qui fit frémir Marc de tout son être.

  • Un enfant ? Mais Marc, tu vas trop vite. Nous ne nous sommes même pas encore revus. Un peu de patience.
  • J’ai attendu toutes ces années. Plus que quelques jours et nous nous reverrons.

En effet, Marc avait bousculé tous ses programmes pour passer les fêtes de fin d’année auprès de Lily. Il avait pris un congé et confié son agence de communication à son meilleur ami et associé. Il a déjà réservé une chambre d’hôtel pour l’occasion et prit le train pour rejoindre Lily. Marc avait bien sa famille dans la ville mais il ne voulait pas la mêler à son histoire. C’est la raison principale qui le poussait à éviter de loger chez elle.

Arriva enfin, le fameux soir de retrouvailles. Marc vint chercher Lily. Dès qu’il la vit, il ressentit de nouveau cette soif inextinguible qui ne l’avait jamais quitté.

  • Malgré, toutes ces années, tu n’as pas changé, Lily.
  • Toi non plus, lui répondit-elle dans un demi-sourire.

Leurs gestes étaient un peu gauches. Mais finalement, ils retrouvèrent leur rythme. Ils allèrent dîner dans un restaurant, burent du vin : une boisson qu’ils se découvrirent avoir en commun, échangèrent des fous rires. Il sonnait presque minuit, lorsque Marc raccompagna Lily chez elle. Ils promirent de se revoir le lendemain.

Lily rentra et trouva son fils de 6 ans, Matthieu endormi depuis. Elle vivait avec sa mère. Depuis la rupture de ses fiançailles, elle ne s’était toujours pas décidée à vivre de nouveau avec un homme. C’est une idée abandonnée depuis mais qui sait, le renouveau est peut-être en route avec Marc. Cette première soirée subodorait, quelque chose.

Marc était là, pour un mois et ils avaient tout le temps pour se connaître. Ils ne s’étaient jamais fréquentés et n’avaient qu’une vision idyllique, l’un de l’autre. Ils s’appelèrent après qu’ils se furent juste quittés et échangèrent encore quelques messages avant de tomber dans les bras de Morphée.