La lecture : ce sublime vice

Crédit Photo : www.pixabay.com

Pour moi, la lecture est un organe (vital, je peux dire) et bien plus qu’un loisir.  Je ne pourrai passer une journée sans lire, ce serait comme si je m’arrêtais de respirer, ce qui est quasi impossible.
De mes débuts
Ma mère me raconte souvent que j’ai réclamé d’aller à l’école, dès que j’ai su qu’il y avait un lieu tel quel, que je savais écrire avant d’y avoir mis les pieds. De cela, je ne me souviens guère. Mais ce dont je me rappelle, c’était ma manie de me cacher dans les toilettes avec un livre ou un magazine dès que j’ai su déchiffrer les 26 fameuses lettres de l’alphabet. Pour moi, c’était l’endroit idéal où je pouvais me réfugier et savourer les aventures de mes héros.
De la lecture quotidienne de la Bible en images, à la découverte des premiers mots de mon syllabaire « Mamadou et Bineta », en passant par les fameux mes « Premiers », « Deuxième » jusqu’au « Sixième livres de lectures » de l’enseignement du premier degré au Togo, cet univers n’était que pure délice pour moi. Dès l’achat des fournitures scolaires, je réclamais mes livres de lectures pour en dévorer toutes les pages et me familiariser avec tous ces personnages que j’allais côtoyer tout le long de cette année scolaire.
De l’insinuation du vice en moi
Au collège, ma plus grande peur était de rentrer au terme de ma journée sans avoir emprunté un seul livre à la bibliothèque ou auprès de mes amis. J’avais toujours quelque chose sous la main : un magazine, un journal, … il fallait que j’aie coûte que coûte quelque chose à lire sinon j’étais déboussolée. Je n’étais pas une grande fanatique des romans de la collection Harlequin. Je me moquais, d’ailleurs souvent, de mes amies qui en raffolaient. A cette époque, je les trouvais insipides puisque c’étaient souvent la même trame, lol… et puisque je n’avais pas encore d’amoureux à quoi bon gaspiller mon temps et mes méninges à en créer un dans mes rêveries ?
Je préférais consacrer mon temps à lire des romans policiers, d’aventures et autres. C’est à cette époque que j’ai fait la découverte de Danielle Steel, R.L. Stevenson, Guy des Cars, Mary Higgins Clark, Stephen King, Isaïe Bithon Coulibaly, Sam J. Obianim et autres, grâce à mon inscription à la bibliothèque du Centre Culturel Français, haut lieu de la culture, que je fréquentais assidûment.
A l’heure de l’extinction des feux, je m’endormais souvent avec une torche sous ma couverture pour terminer ce que j’avais commencé à lire. Il fallait absolument voir le dénouement du roman entamé.
De nos jours
Avec l’apparition des technologies de l’information, bon nombre ont pensé que les livres (du moins le format papier) allaient disparaître au profit de la télé et de l’internet, à mon avis, ils ont simplement pris une autre forme. Actuellement, une grande possibilité est offerte aux férues de lecture de diversifier leur monde. Les moyens pour y avoir accès sont multiples (téléchargement gratuit, abonnement en ligne, achat,…) ainsi que les supports (les tablettes de lectures, les smartphones, …).
Internet offre un foisonnement d’informations. Pour y avoir accès, il faut lire. Beaucoup de personnes disent qu’ils n’aiment pas lire. Lorsque j’entends cela, j’ai un rire en coin : tous les posts ‘likés’, les informations ‘twittées’, les photos ‘instagrammés’, les ragots ‘whatsappés’ , ne faut-il pas les lire et les comprendre avant de les partager ? Même si ce ne sont que quelques mots, à mon avis c’est de la lecture. Oui de la lecture même si c’est sous un autre aspect plus restreint.
Si la lecture est un vice, pour moi c’est le meilleur et je ne peux m’en passer !

10 réflexions sur « La lecture : ce sublime vice »

  1. le téléchargement gratuit ou quasi gratuit quand on passe par des pages non autorisées… J’ai lu mon premier Guy des cars a 8 ans … Roman pique dans les affaires de ma mère … J’ai pas compris grand chose… Puis à 30 ans j’ai téléchargé tous ses livres et j’ai relu ce « le faussaire » avec 22 ans de recul j’en avais les larmes aux yeux… Tu me l’as dit un jour la lecture est la plus belle chose qu’un parent puisse transmettre à son enfant … Je n’ai pas ton rythme effréné de lecture mais à chaque fois que je prends mon iPad, pour lire un roman, c’est un moment solitaire qui me fait construire dans la tête mes propres films. Il n’y a rien au monde à part une séance alcool et tabac qui puisse égaler cette expérience o combien spiritueuse

    1. C’est toujours un plaisir de te trouver sur mon blog avec tes commentaires ô combien…(hum !), Wence. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’avoir une séance alcool et tabac, mais je devine sûrement l’effet si cela peut être comparé à mes séances de lecture…lol. Au plaisir !!!

  2. Juste pour prouver que je suis passé. Mes livres papier prennent de la poussiere à cause de Kindle. J’embarque un milliers de livres dans mon téléphone. Bravo pour ce blog. Gerry.

  3. J’ai été émue en lisant ce beau billet qui traduit entre les lignes la passion pour la lecture. Guy des cars et ses passionnantes histoires autour de ses héroïnes le château de la Juive, la révoltée, l’impure, la corruptrice, Sang d’Afrique tome 1 et Tome 2, Isaie Biton Coulibaly et ses célèbres histoires Ah les femmes, Ah les hommes ou encore les femmes…C’était juste la belle époque…Celle où quelques lignes pouvaient procurer l’un des plus grands plaisirs du monde. Pour ma part, je continuerai de lire sur format papier ou numérique, ici ou ailleurs. Félicitations pour avoir partagé avec nous ta passion pour la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.