Endroit mystérieux

Ma rencontre avec le diable (II)

La chambre était éclairée par une lumière blafarde. Mes yeux, tout juste remis du supplice du foulard, eurent encore du mal à s’habituer à la pénombre. Je m’avançai avec précaution.

Crédit photo : Pixabay.com
Crédit photo : Pixabay.com
  • Asseyez-vous ! rugit « M. Borsalino »

Il m’indiqua un meuble. A peine me suis-je assise, qu’une lumière drue tomba du plafond sur moi. Je cachai mes yeux avec mes mains. Je les ouvris peu à peu pour m’accommoder à cette illumination.  Mon sens de l’observation prit le dessus.

Mon fauteuil avait un dossier haut et sculpté dans du bois de couleur noir. Je devinai sans peine que ce fut de l’ébène. Les pieds du fauteuil étaient semblables à des pieds de félin et sur les accotoirs étaient posés des feuillets d’or. La sculpture du mobilier était d’une extrême finesse : c’était  le travail d’un artiste.  J’étais sur un trône : la gloire avant la chute…

Toutes ces pensées me permirent de m’évader un moment. Mais mes idées lugubres reprirent vite le dessus. Tout d’un coup, j’entendais des coups répétitifs sur le parquet, semblables à une personne qui marchait avec une canne. Mon imagination fertile me fit penser à Joffrey de Peyrrac (1)  . Ma respiration changea.

« Borsalino » m’avait planté là sans dire un mot. Et je ne savais vraiment à quel saint me vouer. Dans l’antre du diable, c’était bien l’occasion d’invoquer les saints.

Devant moi, se trouvait un rideau en tenture vert. Je le sentais bouger. Je le vis alors s’entrouvrir et laisser place à une forme que je distinguais avec peine.

Une voix très ordinaire avec un accent un peu rauque et caverneuse s’adressa à moi :

  • Soyez la bienvenue, très chère ! je vois que vous êtes déjà bien installée. N’ayez crainte aucun mal ne vous sera fait.

Malgré cette entame qui avait l’air assez honnête, j’étais toujours sur mes gardes.

  • Je n’ai pas peur, monsieur.
  • Si vous le dites, je vous crois.

La personne qui s’adressait à moi était toujours dans la pénombre, éblouie que j’étais par l’ampoule au-dessus de ma tête, je ne voyais pratiquement rien.

Je devinais par le bruit sourd que j’entendais que la personne s’était laissée tomber dans un fauteuil.

  • Ainsi vous êtes décidée à me rencontrer et à découvrir mon secret ? Pourriez-vous avoir le courage de soutenir la vue de mon visage ?

Je retins ma respiration, comme avant de plonger dans l’eau.

  • Monsieur, vous pensiez bien que si je n’en avais pas, je ne serais pas venue.

Mon hôte partit d’un rire.

  • J’avoue bien que je l’apprécie, ce courage. De même que l’honneur que vous me faites en me rendant visite. Approchez !

Je quittai mon siège pour m’avancer vers lui. Soudain une autre ampoule s’alluma au-dessus de nos têtes. Je sursautai et faillis prendre mes jambes à mon cou. Mais mue par une force insoupçonnée, je me retins et me figeai sur place : la personne en face de moi portait un masque en inox. C’était cela qui rendait la voix caverneuse !

  • Pourquoi vous faites-vous appeler ‘Le diable’ ?
  • La nuit est longue mais reprenez-donc votre place pour écouter ma part de l’histoire.

Il reprit son souffle et commença :

Il y a une trentaine d’années, je vivais dans l’un des quartiers défavorisés de cette ville. Un des endroits où l’on ne voudrait vivre pour rien au monde.  Pas d’eau, pas d’électricité, livré à soi-même. A cette époque, âgé d’à peine 17 ans et déjà orphelin, je me suis retrouvé à fréquenter un groupe de jeunes voleurs. De fil en aiguille, de vol en étalage aux petits larcins, je gravis peu à peu les échelons pour devenir chef de gang. Mon influence s’étendait au-delà de mon quartier. La vente de drogue aussi fut intégrée à mon petit royaume.

Nous étions traqués par la police qui nous faisait parfois infiltrer par des espions, qui très souvent étaient découverts. Au cours d’une opération d’échange de marchandises avec un de nos partenaires d’affaire, je fus victime d’un guet-apens. Une explosion habilement planifiée eut raison de quelques uns de mes sbires. Moi j’en échappais mais mon visage fut atteint ainsi que ma gorge, et un de mes membres inférieurs, également touché . Après plusieurs opérations, heureusement, j’eus la vie sauve. Mais je fus complètement transformé et mes cordes vocales ont subi aussi quelques changements.

  • Je vous suis attentivement, mais je ne vois toujours pas l’origine de votre pseudonyme.

Il me répondit :

  • Ce nom de ‘Diable’, je ne l’ai eu que depuis une demi-douzaine d’années, suite aux opérations que j’ai subies. Ma voix est un garde-fou et mon masque me permet de préserver le mystère.

Il actionna un loquet au bas du masque et je pouvais enfin découvrir le vrai visage du diable. J’étouffai un cri. Il méritait bien son nom du diable : la personne en face de moi était d’une beauté sans nom.  N’est-il pas dit que le diable ou l’ange de lumière était d’une beauté extrême ?

Je retrouvai vite mon esprit, pour découvrir avec stupeur, que le diable en fait n’en était pas un. Le Diable était une  femme, le diable était plutôt ‘ La Diablesse’ !!!!

(1) Joffrey de Peyrrac : mari de Angélique, Marquise des Anges, héroïne du film du même nom.

2 réflexions sur « Ma rencontre avec le diable (II) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.